divers Jean Failler nous parle de sa 40e enquête de Mary Lester à Paimpol

Jean Failler nous parle de sa 40e enquête de Mary Lester à Paimpol

À quelques jours de la parution d’une nouvelle enquête de Mary Lester, La Croix des Veuves, Jean Failler s’est plié au jeu des questions-réponses, afin de vous mettre l’eau-à-la-bouche…

 

 

La nouvelle enquête de Mary Lester

Jean Failler, bonjour ! La nouvelle enquête de Mary Lester paraît le 9 mai. Pouvez-nous nous dévoiler le début de l’intrigue ?

Bonjour.
Cette nouvelle enquête commence sous les meilleurs auspices : une partie de pêche à la crevette de nuit, ce qui est mon activité de prédilection à la belle saison. Inutile de chercher à me joindre les jours de grande marée, je suis dans l’eau avec mon haveneau. Autant dire que je sais ce dont je parle et on pourrait presque croire que je m’identifie à ce pêcheur que je décris. Heureusement, il y a le mot presque, car ce malheureux retraité va subir un très mauvais sort à son retour de pêche.
Il ne sera pas le seul : dans cette même nuit, deux autres personnes âgées seront exécutées avec une sauvagerie similaire sans que la gendarmerie, la première sur les lieux, ait le moindre indice pour relier ces trois meurtres.
Il faudra donc que Mary Lester se penche sur cette affaire aussi ténébreuse que dramatique pour entrevoir un commencement de piste.
Mais n’anticipons pas. Dans cette enquête de longue haleine, Mary m’a fait écrire près de 700 pages, et les rebondissements avant que la lumière se fasse seront improbables et nombreux.

L’enquête se déroule dans la région de Paimpol, Bréhat… Qu’évoque pour vous ce coin de Bretagne ?

Je suis totalement imprégné de Bretagne. Où que j’aille, je la trouve merveilleuse. Le golfe du Morbihan m’enchante, la rudesse du pays bigouden ou du Cap Sizun m’impressionne, le mystère du Huelgoat ou de Trévarez me donne des frissons.
Cette fois je suis tombé sous le charme de Paimpol et, quand je me suis retrouvé au coucher du soleil à la pointe de l’Arcouest, devant Bréhat, je n’ai pu m’empêcher de me dire que c’était le plus bel endroit du monde, oubliant que je l’avais déjà dit cent fois pour d’autres lieux où Mary Lester m’avait entraîné.

La Croix des Veuves est le titre de l’enquête. Cette croix existe-t-elle vraiment ?

Oui, la Croix des Veuves est posée sur une avancée de lande où, autrefois, les femmes de marins venaient attendre leurs maris au retour de la grande pêche en Islande. Nombreux étaient, hélas, ceux qui ne revenaient pas. Les conditions de travail dans ces mers glacées, sur ces goélettes, étaient terribles.
On retrouve d’ailleurs un site analogue à Saint-Malo qui porte le nom de « môle des Noires », les noires en question étant les veuves en deuil qui venaient chaque jour espérer le retour d’un être cher disparu à jamais dans les eaux glacées de Terre Neuve.
Bien que le monument évoqué porte le nom de croix, il n’y a pas à proprement parler ce symbole religieux au sommet de la stèle. Cependant, pour justifier le titre auprès des lecteurs qui ne connaissent pas les lieux, un montage photo a remis une croix là où il n’y en avait pas.
Bien entendu, je m’attends à une volée de bois vert, compréhensible, de la part des Paimpolais qui ne reconnaîtront pas leur Croix des Veuves. Mais un auteur de romans policiers qui se respecte se doit de savoir prendre des risques…

 

Jean Failler, l’écrivain

On sent, aux références présentes dans vos ouvrages, que vous possédez une grande culture littéraire. Lisez-vous beaucoup ? Qui sont vos auteurs préférés ?

Je lis beaucoup, en effet, et ce depuis très longtemps et me demander quels sont mes auteurs préférés ferait une bien longue liste. Je suis plus que jamais attiré par les classiques, dont certains tombés depuis longtemps en désuétude font toujours mes délices. Dumas fait partie des mes favoris.
En revanche, les ouvrages contemporains encensés par la presse et les médias me déçoivent neuf fois sur dix. Je les considère plus comme des chefs d’œuvre de marketing que comme des ouvrages littéraires de premier plan.
A l’école on a essayé de me faire admirer « Le petit prince » que j’ai toujours considéré comme une niaiserie absolue, et, à part le décès tragique de son auteur, je me demande encore ce qui a valu son succès au « Grand Meaulnes ». Enfin, je ne dirai pas comme tant de gens cultivés « cet été je vais relire Proust » car je n’ai jamais pu aller au-delà de la page dix de ce génial écrivain…

Vous êtes réputé pour écrire très rapidement. Vous imposez-vous un rythme d’écriture ?

Je ne m’impose rien (l’Etat s’en charge). Je dis souvent comme une boutade « j’écris quand il pleut » mais ce n’est peut-être pas une boutade. Vous l’aurez compris, entre le clavier de l’ordinateur et une partie de pêche, mon choix est vite fait…

 

Les projets d’écriture

Avez-vous commencé à écrire l’enquête de 2015 ?

Oui, c’est en très bonne voie.

Un petit indice sur le lieu de son intrigue ?

Cette fois Mary m’a entraîné du côté de Batz sur Mer (près de la Baule) où se trament des choses bizarres.

Avez-vous en cours d’autres projets d’écriture ?

J’ai aussi commencé à mettre sur papier mes souvenirs d’enfance, ce qui est une merveilleuse façon de retrouver sa jeunesse quand on arrive au bout de sa vie. Cependant c’est une entreprise de longue haleine car un souvenir en fait surgir un autre, autant de pépites délicieuses qui se révèlent tout soudain, comme les rochers à crevette à marée basse.
Voyez, on revient toujours aux choses essentielles.
Et puis, un de ces jours, il me faudra penser au Mary Lester de… 2016. On verra ça à la saison des pluies, vers octobre novembre, quand l’abondance d’eau douce aura chassé mes chères crevettes vers la pleine mer.

 

 

Merci à Jean Failler pour ces sympathiques éclaircissements ! Si vous souhaitez en savoir davantage ou lui poser d’autres questions, n’hésitez pas à le faire en commentaire de cet article, il ne manquera d’y répondre…

Vous pourrez le rencontrer à l’occasion de cette parution pour quelques séances de signatures, notamment à Concarneau, Quimper, Combrit, Vannes, Penmarc’h… Retrouvez toutes ses dates dans la rubrique  » dédicaces  » de la boutique Palémon.

 

 

2 Comments

2 commentaires pour Jean Failler nous parle de sa 40e enquête de Mary Lester à Paimpol

  1. Anne Sophie says:

    Je viens de finir La croix des Veuves Toujours un régal ces enquêtes de Mary Lester et je suis déjà dans l’attente du prochain J’aurais une petite question Après avoir lu le collectif à la manière de … je suis bien perplexe Peut on savoir quelle est la nouvelle écrite par Jean Failler ? Merci beaucoup !

  2. Patrick GUELPA says:

    Merci, Monsieur Jean FAILLER, c’est toujours un régal que de lire l’un de vos romans avec cette merveilleuse petite Mary Lester et ses collègues !
    Bravo et merci encore !
    Patrick Guelpa (Haute-Loire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>