divers Interview Pierre Pouchairet / L’île abandonnée #1 – Son parcours

Interview Pierre Pouchairet / L’île abandonnée #1 – Son parcours

 

PP05-ItwBlog-w

Vendredi prochain 26 juin paraîtra L’île abandonnée, 5e enquête de la série Les Trois Brestoises, de notre auteur Pierre Pouchairet.

Il s’est prêté au jeu des questions/réponses pour nous parler de son parcours, de ses inspirations, de la Bretagne, de ses projets… Chaque jour de cette semaine, vous en apprendrez un peu plus sur lui !

(pssssttt : nous poursuivrons ces deux prochaines semaines avec Valérie Valeix et Hugo Buan qui vous présenteront eux aussi leurs nouveautés respectives Mort d’une bougie et L’affaire Brillancourt ! Les autres auteurs Palémon prendront la suite tout au long de l’été… Et dès que les conditions sanitaires le permettront, nous passerons aux interviews en vidéo !)

C’est parti avec le 1er volet de cette interview : le parcours de Pierre !

 

Quel a été ton parcours pro avant l’écriture  ?

Comme plusieurs auteurs de romans policiers, je suis un ancien flic.

J’ai commencé ma carrière en 1981 à la police judiciaire de Versailles, en brigade criminelle. Après six ans, j’ai été nommé à Nice où je suis resté pendant douze ans à la tête d’un groupe chargé de la lutte contre les trafics de stupéfiants. Cette époque est celle qui illustre beaucoup de mes livres.

J’ai ensuite représenté la police française à l’étranger, 3 ans au Liban puis 3 en Turquie. Retour en France, Grenoble, toujours en PJ, pendant dix-huit mois, avant de repartir. Cette fois, 4 ans et demi, en Afghanistan et 2 au Kazakhstan.

À la retraite, j’ai rejoint ma femme en Cisjordanie, où elle dirigeait l’Institut français de Naplouse.

C’est à cette période que j’ai commencé à écrire et publier. Tout ce passé professionnel est à la base de mes romans, qu’il s’agisse des souvenirs d’enquête et de police ou de ma vie dans les pays lointains dans lesquels j’ai séjourné.

Actuellement, je me partage entre la Bretagne, notre lieu de résidence en France, et le Cameroun où ma femme est en poste.

 

Qu’est-ce qui t’a poussé à écrire ?

L’Afghanistan.

Comme beaucoup de gens qui ont séjourné là-bas, j’ai eu envie d’écrire sur ce pays. Ça a été mon premier livre : Des flics français à Kaboul. Avec ce livre je voulais témoigner de mon travail là-bas et des difficultés du pays. À l’origine c’était une sorte de journal que je destinais à ma fille et puis en le faisant lire, l’idée et l’envie de le publier sont venues. Mais le livre n’a rien à voir avec mon texte original. Soyons clairs, le résultat ne me plaît pas.

Par la suite, étant en retraite, j’ai eu envie d’écrire sur mon passé de flic aux stups de Nice et c’est là que m’est venue l’idée de la fiction. Écrire un témoignage était difficile, car mes collègues étaient toujours en activité et pas que… puisque les voyous que j’avais connus œuvraient encore. La fiction, par le biais du polar, s’est donc imposée comme une nécessité.

À partir de là j’étais lancé et j’ai continué à écrire…

Et voilà pour aujourd’hui ! La suite au prochain épisode, c’est-à-dire demain, mercredi 24 juin !

Leave a Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>