divers Interview Pierre Pouchairet / L’île abandonnée #5 – Sa nouveauté et ses projets

Interview Pierre Pouchairet / L’île abandonnée #5 – Sa nouveauté et ses projets

 

PP05-ItwBlog-w

 

L’île abandonnée vient de paraître. D’où t’es venue l’idée de l’intrigue ?

L’idée de départ est venue après une discussion avec Delphine (Directrice éditions Palémon), j’imaginais une aventure dans un endroit où il n’y avait plus de lien avec les autorités et qu’un maire se retrouve seul à gérer une affaire criminelle. Pour le lieu, une île semblait s’imposer. Ensuite, j’ai pensé à un groupe de naufragés qui se retrouverait bloqué avec en leur sein des malfaiteurs et c’est comme ça que petit à petit Ouessant s’est imposée. Et pour que l’île soit bloquée du monde, j’ai imaginé une tempête équivalente à celle de 1987 qui avait ravagé une partie des côtes bretonnes. Le genre de situation qui impose une ambiance.

En dehors de l’aspect purement géographique, pour le récit, je voulais renouer avec des thèmes de société qui collent à l’actualité ou mettent en exergue des aspects de notre société, comme je l’ai fait dans mes cinq livres parus aux éditions Jigal ou encore dans « Tuez-les tous mais pas ici », paru chez Sang Neuf. Dans ce livre, le lecteur va passer du temps aux États-Unis en participant à une enquête du FBI et il va même entrer dans les coulisses du pouvoir.

J’avais également envie que le lecteur se retrouve avec entre les mains un livre d’action qui aille de rebondissement en rebondissement. J’aimerais que l’envie de tourner les pages s’impose. Dans cette histoire, mes personnages n’ont pas le temps de parler aux fleurs. Ils sont perpétuellement bousculés par les événements.

 

Connaissais-tu l’île d’Ouesssant avant de choisir d’y situer l’action du livre ? Que représente Ouessant pour toi, comment décrirais-tu l’île ?

As-tu été conseillé pour l’intrigue, les lieux, etc. ?

Non, pas vraiment. J’aurais aimé bénéficier d’une résidence d’auteur, comme Pierre-Eric Patouh, l’auteur, personnage de mon livre qui est témoin privilégié d’une partie de l’action. Je n’avais plus le temps de postuler… Un jour peut-être. Ça doit être fantastique de résider dans un phare pendant plusieurs semaines.

Je suis allé à Ouessant faire du repérage et prendre les informations qui pouvaient m’intéresser et que je voulais faire apparaître pour pouvoir visualiser les lieux dont je parle et j’ai pris des informations sur place en discutant avec les gens.

J’ai aussi triché un peu sur certaines descriptions (ça reste un roman, pas un guide touristique)

En matière d’aide, les deux pilotes de l’avion sont inspirés de gens que j’ai rencontrés, un pilote d’Air France et une pilote militaire.

Sur l’ambiance de l’Île, j’ai eu deux longues discussions avec une journaliste locale.

 

Une idée de la suite des Trois Brestoises  ?

En général, quand un roman paraît on en a toujours un autre en cours d’achèvement ou sur le feu. Dans la série des Brestoises, je travaille sur un projet plus calme, une bonne vieille enquête. Ce sera le meurtre d’une ancienne star du rock demeurant à Penmarc’h. Et l’enquête se déroulera en grande partie dans le pays bigouden, une occasion pour Léanne et son équipe de fouiller dans le passé, de traîner à l’Île-Tudy et de côtoyer ceux qui ont fait le rock bigouden dans les années 60 et 70.

J’ai également bien avancé un livre qui se passe dans le milieu diplomatique, une enquête menée par un policier et un diplomate après l’assassinat d’une consule de France dans un pays imaginaire d’Asie-Centrale. Trafic de drogue et magouilles financières sont au programme.

Et je vais me mettre à travailler sur un projet africain avec le Cameroun en toile de fond. Pas mal d’activités donc.

 

Quelle est/va être ton actualité éditoriale cette année  ?

Elle a été chamboulée par le confinement. J’avais un livre « Larmes de fond » qui devait sortir en mai chez Filatures, une nouvelle société d’édition affiliée à Dargaud. La publication a été repoussée au 18 septembre. Ce sera un thriller qui va promener le lecteur dans tous les endroits de France qui me sont chers : Nice, le Berry et la Bretagne puisqu’une partie se passe encore sur une île, cette fois dans l’archipel des Glénan. On retrouvera un grand nombre de mes personnages. Et la suite des Trois Brestoises est prévue chez Palémon pour la toute fin d’année…

Leave a Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>