Interviews - Questions/Réponses Jean Failler – interview enquête de Mary Lester

Jean Failler – interview enquête de Mary Lester

jean-failler

La nouvelle enquête de Mary Lester, « Mary Lester et la mystérieuse affaire Bonnadieu« , paraît dans quelques jours (le 21 avril exactement !). Afin de vous mettre l’eau à la bouche, Jean Failler s’est prêté au jeu des questions-réponses…

Interview exclusive !

Jean Failler

Jean, où nous emmènes-tu cette fois-ci ?

Cette fois, Mary Lester nous entraîne à Dinard.


Pourquoi avoir choisi cet endroit ?

Comme tous les ados, à 16/17 ans je cherchais ma voie. Les études ne m’emballaient pas mais comme j’étais très sportif (foot, athlétisme) je me dis que je pourrais peut-être devenir prof de gym. Pour accéder à ce métier, il fallait alors passer par l’incontournable CREPS (centre régional  d’éducation physique et sportive) de Dinard où les aspirants enseignants étaient formés. Evidemment, pour accéder à ce Graal, il y avait un concours : un décathlon auquel était jointes des
épreuves de natation et de gymnastique (gym au sol + agrès). Ces épreuves étaient étalées sur une semaine de printemps, et, le soir, nous sortions en ville. Il se trouve qu’à l’époque on y tournait un film américain, « les vikings » avec, en vedette Kirk Douglas qui était la star de la production et une pléiade d’acteurs américains plus pittoresques les uns que les autres.
Je ne fus pas retenu au concours (j’étais confronté à des gaillards qui avaient quatre ou cinq ans de plus que moi) mais je garde de cette époque un merveilleux souvenir. Les premières petites copines, les balades sur la promenade du Clair de Lune, les glaces à la plage de l’Ecluse et l’orchestre du bar qui jouait en boucle « Carroussel Waltz » de Frank Pourcel.
Et puis les merveilleuses villas, plus belles les unes que les autres et cette ville bretonne et pourtant si britannique…
C’était magique. J’en garde un souvenir ému que les ans ont probablement magnifié.

Peux-tu nous parler un peu de l’intrigue de cette nouvelle enquête ?

Lorsque j’étais enfant un fait divers terrible frappa la France et la Bretagne. Des nouveaux nés apparemment en bonne santé se mettaient soudain à dépérir et  mouraient dans d’atroces souffrances. Il y eut près de 500 morts avant que l’on ne s’avise que la cause de cette épidémie était un talc parfumé à la lavande, la poudre Baumol.
Un pharmacien bordelais avait lancé cette poudre sur le marché, mais, manque de rigueur dans la fabrication, au talc  avait été mêlé une forte proportion d’arsenic.
Après un procès de 9 ans, le pharmacien responsable de cette tragédie fut condamné à 18 mois de prison avec sursis et 200 000 francs d’amende. C’était en 1952, j’avais douze ans et nous connaissions tous dans le coin deux, trois, cinq familles ou plus qui avaient été victimes de ce poison, car la Bretagne fut particulièrement touchée.
Je me suis appuyé sur ce terrible fait divers pour l’intrigue de « la mystérieuse affaire Bonnadieu ».


Comment parviens-tu à trouver l’inspiration à chaque nouvelle enquête ?

La difficulté est évidemment de se renouveler.
Je me suis aperçu que les romanciers anglo-saxons qui ont une production régulière, n’avaient en réalité écrit que cinq ou six bouquins originaux. Ensuite, ils reprenaient une intrigue déjà publiée, changeaient le titre, le nom des personnages les lieux de leurs premiers romans. En somme, ils s’auto-plagiaient.
Au bout de bientôt cinquante enquêtes de Mary Lester, j’essaye de ne pas tomber dans ce travers.
C’est aussi pour cela que mes romans ne sont pas « calibrés » comme l’exigent certains éditeurs (un nombre de pages imposé). En fait, c’est l’action qui détermine l’épaisseur d’un roman.
Je constate cependant qu’au fil du temps, mes romans font comme moi : ils prennent du ventre.
Entre mes premiers essais à 170 pages (Les bruines de Lanester, les diamants de l’Archiduc) et le numéro 32 (Sans verser de larmes) à 412 pages, on va à plus que du simple au double. On peut difficilement aller au delà de 400 pages par volume dans la fabrication qui est la nôtre. Donc, l’obésité gagnant, on est passé à deux volumes pour la même histoire. Nombre de lecteurs s’en réjouissent, d’autres le déplorent. On ne saurait plaire à tout le monde.
Cependant je ne suis pas maître du temps : c’est la Mary qui mène la danse !

Quand écris-tu ? As-tu des moments de la journée plus propices que d’autres pour le faire ?

Je dis souvent, en matière de boutade, « j’écris quand il pleut ». Ce n’est pas totalement faux car, lorsque le temps est beau, cents autres activités m’attirent au dehors (pêche, vélo, baignades, virées en bateau, golf… liste non exhaustive ).
J’écris également souvent la nuit. Entre vingt deux heures et deux heures du matin, la maison est calme, les visiteurs font dodo et moi je travaille. le silence est mon complice et puis minuit, n’est-ce pas l’heure du crime ?

À quoi ressemble L’Île-Tudy en ce moment ? (cette question, c’est pour faire rêver le lecteur…)

Fidèle à elle-même, L’Île-Tudy ressemble à… l’Île-Tudy en toute saison. Et c’est le plus beau compliment qu’on puisse lui faire.
En février les mimosas étaient en fleurs et, comme ils sont abondants, l’île embaumait. Maintenant ils se fanent mais la période du jaune se poursuit. Les champs de colza illuminent le ciel noir de leur couleur acide, les giboulées sont drues, mais les éclats de soleil qui percent la nue font de la vasière un kaléidoscope géant aux reflets de nacre.
Les tadornes et les oies bernaches qui nous rendent visite pour annoncer le printemps caquètent allègrement. Bientôt elles partiront nicher dans leurs lointaines contrées du nord. Pour lors, il sera temps d’accueillir les hirondelles.
Les moteurs des canots commencent à pétarader, les bancs de maquereaux approchent de la côte.
Finalement, je ne suis pas pressé de partir au paradis. Ça ne doit pas être mieux qu’à l’île.

Une nouvelle enquête est-elle en cours d’écriture ? Si oui, peux-tu nous révéler le lieu de son intrigue ? Pourquoi ce lieu ?

Eh oui, la prochaine est en cours  et elle se passera à Roscoff.
Pourquoi Roscoff ? Parce que c’est aussi un haut lieu de Bretagne, chanté par Tristan Corbière : « trou de flibustier, vieux nid à corsaires… »
Et il s’en passe des choses à Roscoff !
Un vendredi on trouve un corps, celui d’une femme flottant dans le port du Bloscon. Le dimanche suivant, c’est un patron de chalutier qui flotte lui  aussi à peu près à la même place.
Ce sont là des informations puisées dans la presse régionale, mais il n’en faut pas plus pour enflammer l’imagination du romancier.
Il y rajoutera un troisième corps (pour faire bonne mesure), puis quelques personnages annexes, sinistres, touchants, prétentieux, arrogants (je m’arrête là, mais je pourrais rajouter d’autres « qualités » à ces intervenants). Et puis il cuisinera tout ça à sa sauce qui sera, je l’espère, de votre goût. 


Les lecteurs pourront-ils te retrouver en dédicace pour la sortie de « Mary Lester et la mystérieuse affaire Bonnadieu » ?

J’arrive à un âge où l’on fatigue vite. Je ne peux pas tout faire, il faut choisir, ou je me disperse ici ou là pour des séances de dédicaces, ou je me consacre à ce qui (à mon avis) est le plus important pour un romancier : écrire. De plus en plus le temps m’est compté.
Une séance de signature c’est au minimum une journée perdue pour l’écriture. Je ne peux plus parcourir de longues distances en voiture et, de plus en plus, je répugne à me déplacer.
Je ferai donc quelques séances de signatures dans mon entour, mais pas au delà de vingt kilomètres. Sauf pour les salons de Vannes et de Carhaix si je trouve un chauffeur et, bien entendu, pour tous les lecteurs qui passeront par l’île où je suis à demeure.

 

Merci à Jean Failler pour ces réponses qui lui ressemblent !

Vous pouvez d’ores et déjà réserver cette enquête sur notre boutique ou auprès de votre libraire (parution le 21 avril)…

Si vous souhaitez être tenu(e) informé(e) du planning des séances de dédicace de Jean, n’hésitez pas à vous inscrire à notre newsletter !

Mary Lester et la mystérieuse affaire Bonnadieu

22 Comments

22 commentaires pour Jean Failler – interview enquête de Mary Lester

  1. NOTTE says:

    Merci pour vos enquêtes qui nous passionnent. Nous avons tous vos livres et j’avais bien remarque que chaque enquête ne se ressemblait pas à part quelques personnages vu dans d’autres enquêtes.
    Mary nous captive et dès que vous commancez un de vos roman, vous ne savez quand la lecture va s’arrêter, car Mary nous entraîne dans ses reflexions et je n’oublie Jipi son fidèle second.
    Continuez le plus longtemps possible et merci encore

  2. FEAT Anne-Marie says:

    Bonjour Jean,
    On se connait, surtout par Firmin et Françoise qui sont mes amis. J’ai commandé votre nouveau livre bien sûr et j’ai hâte de l’avoir !
    J’adore l’île Tudy, mais maintenant j’ai quitté la Bretagne et vit dans le Loiret car à notre âge on se rapproche de la famille.
    Jean, j’ai lu tout vos livres et aucun ne m’a déçu. Je les ais tous gardés.
    On se voyait, « Au goéland masqué  » et  » Au chien jaune  » et j’avais ma dédicace, malheureusement maintenant je n’en ais plus……..
    Je vous embrasse, embrassez pour moi Firmin et Françoise.
    Portez-vous bien et continuez à nous écrire des supers romans.
    Anne-Marie FEAT

  3. J’ai acheté et lu toute la série de Mary Lester, j’adore ! merci de nous distraire aussi efficacement ! amitiés
    J’ai déjà commandé le prochain…

  4. sequard says:

    Jean FAILLER m’enchante avec ses histoires de Mary Lester depuis la première. Cette dernière a l’air appétissante, çà y est, je me suis fait mon petit cadeau.
    J’espère qu’un jour, Mary Lester viendra dans notre bonne ville médiévale de DINAN, avec son port charmant, ses remparts, ses souterrains, ses galeries, son histoire, et ses gens, sa vieille ville, etc…
    En tout cas, Jean Failler y serait le bienvenu.
    Bon vent,
    Marité

  5. Sonntag-Bayerle Françoise says:

    Bien cher Jean,
    Vous allez pensé que je suis à l’aise de vous appeler par votre prénom,mais au fil du temps,vous êtes pour moi et mon mari devenu un ami.Oui,un ami qui d’Allemagne grâce à Marie me ramène dans ma chère Bretagne…Que de bonnes enquêtes avec découverte ou rappel de coins de Bretagne .Merci pour la qualité de votre écriture,je découvre toujours des expressions,des lieux,des morceaux de musique choisis par Mary que je recherche alors sur internet pour me mettre encore mieux dans l’ambiance.Mozart pour mon mari et moi a été le lien qui nous a fait continuer notre route ensemble….
    Cette enquête sur Dinard,je vais de ce pas la commander,car c’est un lieu qui m’est cher aussi car nous avons enfants passé des vacances en famille à Saint-Servan…Roscoff,je ne râterai pas non plus,la ville et l’île de Batz nous a enchanté…
    A vous et toute votre équipe,tous nos remerciements et notre affection.
    P.S:J’ai repris suite à problème de santé toute la série et j’en avais oublié les détails que je redécouvre avec bonheur….merci….

  6. Vetier Isabelle says:

    Fidèle fan de Jean Failler et de sa Mary Lester, je compte bien venir à Vannes encore cette année 2017 pour ma dédicace dans mes deux derniers livres qui me manque à mon palmarès. J’adore les romans policiers qui me tiennent en haleine jusqu’au bout. Je viens de finir Avis de gros temps pour Mary Lester. Et je ne louperais les derniers romans de Jean pour rien au monde. J’adore. A bientôt.

  7. Seguy says:

    C’est encore une fois très agréable de lire ce que Jean veut bien nous confier !
    Le style et le bon français sont toujours présents comme dans ses romans.
    Et c’est bien ainsi !
    Un vieux « passéiste » d’instit.
    Georges

  8. LE MENN Jean christophe says:

    Moi j adore vos romans et Mary lester je les ai tous et franchement c est vraiment super merci
    Ça serais bien une enquête dans les côtes d amor région plestin lannion perros merci beaucoup
    Jc le menn

  9. Dominique Bazire says:

    Bonsoir
    Heureux de la prochaine sortie de votre nouveau roman,j’attends avec impatience.je suis désolé de ne pas le commander directement
    mais ,la papeterie-journaux de Piriac sur mer me le réserve et nous passons un bon moment a discuter des enquétes de Mary ; les histoires se déroulant dans le secteur de la presqu’ile guérandaise nous passionnent:j’habite a Missillac en briere (la variée etait en noir) a 15 km de ( l ‘homme au doigts bleus ) a 20 km de (‘brumes sous le grand pont ) .A quand une enquete de Mary du coté de Piriac ?ha j’oubliais (etat de siege pour Mary )la ville de ma naissance,La Baule .Vous narrez si bien la vie des gens et avec beaucoup de pertinence.A bientot de vous lire.
    Dominique

  10. BRIS Yves says:

    Bonjour Monsieur Failler,
    Je suis un vos lecteurs assidus, je possède la collection intégrale des aventures de MARY LESTER.
    je vous ai découvert par hasard lorsque l’un de mes beaux frères de Concarneau m’a confié l’ une de vos aventures ayant pour cadre la région de Concarneau, j’ai été immédiatement conquis, je vous en remercie infiniment, étant natif de Bretagne, c’est un plaisir pour moi de vous lire.
    J’ attend toujours avec toute l’impatience que vous pouvez deviner, la sortie de la prochaine aventure de Mary.
    Je crois d’ ailleurs que je suis en train de convertir l’une de mes petites filles.
    Merci, merci, merci

  11. Le Lamer Jean Yves says:

    Comme toujours nous attendions ce nouveau roman, nous allons encore le dévorer en peu de temps. Merci monsieur Jean pour nous offrir des nouvelles de notre Mary régionale, longue vie à vous et au plaisir de vous revoir. Vos fidèles amis Marie Christine et Jean Yves.

  12. LE MOIGNE says:

    Bigouden expatrié , j’attends toujours avec impatience les nouvelles enquêtes de Mary ,
    ces histoires nous font voyagés dans ma Bretagne et je prends plaisir à me rendre
    quand c’est possible sur les lieux des enquêtes .
    le 21 Avril , je serais à Lesconil et je pourrais donc prendre possession cette nouvelle enquête .

  13. Mareau says:

    Merci pour cette interview bien agréable à lire. Jean, je te tutoie et je t’embrasse.
    Merci pour tous ces bons moments passés en compagnie de Mary et grâce à toi.
    A bientôt te lire
    Bernadette

  14. Guillamot corinne says:

    J’aime et je suis impatiente de lire la prochaine enquête. Et pourquoi pas une série à la télé, se serai géniale, quel plaisirs pour nous les lecteurs et merci depuis que je vous es découvert il y a 10 ans je parle de vos livres à beaucoup de personnes qui quand elles mettent le nez dans une premiere enquête elles sont tout de suite enchantées de découvrir cette belle Bretagne et cette belle langue française et les mots que vous faites re-découvrir.merci et longue vie à vous.

  15. HAMET says:

    Bonjour ,
    Je suis un fervent lecteur des enquêtes de Mary LESTER et je passe assez souvent à l’Île Tudy.
    J’aimerais bien saluer Jean Failler un jour mais je ne connais pas l’endroit où il serait possible de le rencontrer pour une éventuelle dédicace.
    Par avance je vous remercie pour votre réponse.
    Bien cordialement.
    Jean-Pierre HAMET.
    jphamet@yahoo.fr

  16. maggiaz madeleine says:

    Avec beaucoup de retard je voulais vous dire que j’ai toute la collection avec plusieurs dédicaces.
    C’est avec plaisir que je suis l’intrigue en essayant de découvrir la fin .

  17. Kowalski says:

    Bonjour.je suis entrain de lire forces noires de Jean Failler et je ne trouve pas son adresse mail pour lui adresser des questions à propos du livre. Merci

  18. ORCEL says:

    Trugarez vraz à Jean FAILLER et à Mary LESTER pour le plaisir renouvelé qu’ils nous offrent dans les différents lieux magnifiques et magiques de cette Bretagne qui m’a vu naître il y a maintenant 60 printemps et que j’ai eu l’opportunité et la joie de parcourir avec mon père et le bagad qu’il avait fondé avec 2 amis. Longue vie à vous 2. Vivement votre prochaine aventure…
    Marie-George ORCEL

    • admin says:

      Bonjour Marie-George, un grand merci à vous pour ce sympathique message que nous transmettons à Jean Failler !

  19. Mahé Philippe says:

    Bonsoir Monsieur Failler,
    fidèle lecteur des aventures de Mary, je suis maintenant en poste loin du pays: en polynésie….
    Il me tarde de pouvoir vous commander les prochaines aventures, qui se tiendront donc sur le pays de roscoff?
    Pour quand est prévu la sortie du livre?
    Bien amicalement
    Kenavo (nana en polynésien)
    Philippe

    • admin says:

      Bonjour Philippe, la prochaine enquête de Mary Lester se déroulera bien à Roscoff, et paraîtra le 20 avril !
      Un grand merci pour votre fidélité…

  20. DOMINIQUE says:

    J’ai connu Mary Lester, à la suite d’un cancer. Une amie m’avait offert: »ça ira mieux demain ».
    Depuis je suis guérie et j »ai lu toutes les enquêtes de Mary. J’ai voulu connaître tous les lieux décrits avec tellement de réalisme par Jean Failler, et j’ai parcouru toute la Bretagne que j’adore. J’ai également eu le plaisir de rencontrer Jean Failler à l’ile Tudy lors d »une soirée « Mary Lester ». Je le remercie d’avoir accompagné ma vie pendant toutes ces années, car c’est chaque fois un grand plaisir de retrouver ses romans, les personnages et les lieux des intrigues. Je vous souhaite une longue et belle vie sur votre « ile ».et je me permets de vous embrasser de tout coeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>