vos avantages

Un lot de marque-pages

offert dans chaque colis

Votre commande expédiée sous 48h

à réception de votre règlement; compter de 2 à 5 jours supplémentaires en cas de demande de dédicace

N°05 - Qui père gagne

Se savoir « né de père inconnu », comme on dit, et retrouver, quelque quarante ans plus tard, cet inconnu fracassé sur sa table de cuisine, c’est tout Cicéron, ça ! Découvrir que René a une maîtresse, ça décoiffe aussi pas mal. Quant à ces honnêtes commerçants en articles de souvenirs pieux « made in China », que viennent-ils faire dans cette embrouille ?Vous mourrez d’envie d’en savoir plus ? Eh ben ça tombe vraiment bien car tout est dans ce formidable bouquin qui ne vous tombera des mains qu’une fois terminé."Une écriture gouailleuse, jubilatoire, des trouvailles littéraires fort bienvenues, et des éclairages sur cette terra incognita que représente la banlieue pour les provinciaux, qui ne la connaissent en général qu'à travers la vision tronquée qu'en donnent les médias...Un vrai coup de coeur!" Jean Failler.Mise en garde de l'éditeur : de nombreux cas d'addiction ont été rapportés. Cette addiction semble irréversible et définitive. Toutefois, à ce jour, aucune plainte n'a été enregistrée. Découvrez la chronique de Claude Le Nocher chez Action-Suspense Plus
  • 44/5
  • Parution 9 septembre 2016
  • Format 11 x 18 cm (format poche)
  • Pages 256
  • Reliure Dos carré collé
  • ISBN 978-2-372600-46-0

10,00 €

Auteur

Cicéron ANGLEDROIT

Cicéron ANGLEDROIT

Banlieusard pur jus, l’auteur - de son vrai nom Claude Picq - est né en 1953 à Ivry, ceinture verte de Paris transformée depuis en banlieue rouge.
« Poursuivi » par les études (faute de les avoir poursuivies lui-même) jusqu’au bac, il est entré dans la vie active par la voie bancaire.
Très tôt il a eu goût pour la lecture : Céline, Dard, Malet… Et très tôt il a ressenti le besoin d’écrire.

"L'incendiaire joue avec le feu" est le quatorzième titre de sa série d'enquêtes humoristiques. 

Découvrir tout son univers
avis de nos lecteurs
note moyenne
(2 avis)
44/5
Isabelle C.
12 Fév. 2017

En découvrant Claude, j’y ai découvert une belle personne, qui m’a fait envie de découvrir ses romans. Alors oui ce n’est pas du polar « classique » mais y’a t il vraiment la catégorie « classique » dans tous les polars qui existent ? Il faut être honnête, j’ai eu du mal en lisant le 1er, car je n’avais jamais lu ce style d’écriture… et puis j’ai quand même continué à découvrir ses personnages très attachants … pour finalement vous dire que j’ai ADOOOOOREEEEE son p’tit dernier « Qui père gagne ». Je suis vraiment entrée dans l’univers de Cicé. Pas le choix, tu participes à l’enquête car l’auteur inclut le lecteur dans son histoire. C’est léger, plein de détente, rempli d’humours (rien que le titre, les noms des chapitres, les expressions!) Il faut être assez dingue comme auteur pour mettre dans le roman 2 adresses vers youtube … et assez dingue comme lecteur pour les retaper sur le net … pour savoir ce qu’il s’y cache derrière.Pour celles et ceux qui n’auraient pas lu les précédents, pas de panique, Cicéron résume tout au début du livre.Alors mille mercis Claude de m’offrir quelques heures de rigolades en lisant du polar. Et merci aux éditions Palémon de t'ouvrir les portes !

Christine L.
21 Déc. 2016

Le fait de choisir comme surnom "Cicéron Angledroit" laissait présager le style ! Nous sommes plongés dans le calembour. il y en a qui me font sourire, j'aime bien l'interpascher de Vitry, la femme manopesée, ... Je suis moins réjouie par "Maria Cotillon, qu'a tourné dans Les tire-jus, le film de Guy L'hommecané", ... et puis il y en a beaucoup mais vraiment beaucoup, la question est de savoir si la surdose est compatible avec mes capacités ! Mais quand je lis : "je ne vais pas vous faire supporter mon samedi et mon dimanche car je me doute bien que vous n'êtes pas la pour lire de la littérature générale. Pour ça, y a les prix littéraires pouët-pouët et je suis sûr que vous avez du retard.", Ça me plait bien, ça ne se prend pas au sérieux ! Il y a aussi le coup du téléphone "j'ai bien conscience que, techniquement, il y a peut être à redire sur la manière décrite pour faire parler un téléphone, mais je suis romancier, pas journaliste chez Mobile magazine." Finalement je ne sais pas si on s'habitue ou si l'auteur se calme mais on enchaîne la lecture et c'est plutôt plaisant. Bien sûr ce n'est pas un Nobel, mais ça détend ! Lecture plaisir avec une bonne petite enquête bien de chez nous dans les bistrots banlieusards du coin. Merci aux éditions du palémon pour cette découverte.